Archive

Archives pour la catégorie ‘Littérature’

Dans l’Ombre du miroir

08/05/2014

Le jeudi 15 mai à 19hombre miroir

Rencontre avec Dominique Loreau et Lionel Vinche à l’occasion de la sortie de

L’ombre dans le miroir

paru aux éditions Esperluète

 

Ce premier roman de Dominique Loreau nous parle des émotions de la jeunesse. A la fois récit initiatique et quête de soi et du monde, le parcours est celui d’une narratrice en quête d’absolu embarquée dans un voyage étonnant.
La rencontre sera animée par Lucie Cauwe

Je ne te mens jamais, littérature et musique

29/09/2012
Ce mardi 2 octobre à 18h30,
nous vous proposons une présentation du livre
 ‘Je ne te mens jamais’
d’Alexandre Seline, par Catherine Toussaint, traductrice.
Laurence Vielle en lira quelques extraits, parmi les notes de Matthieu Ha à l’accordéon.
L’écriture d’Alexandre Seline est rapide, caustique, drôle et en même temps pleine d’empathie pour ses personnages, qu’il crée puis malaxe et triture pour mieux illustrer son propos essentiel : le Russe – le monde – tourne à l’absurde ! Une révélation.
Éditions de l’Aube

Hilsenrath chez les prolos du ghetto

21/04/2012

NuitIl est dur, ce livre de Hilsenrath. Minutieux dans le sordide, il laisse hors-cadre, comme un conte, une partie des détails sur les lieux, les personnages, les circonstances. Il décrit la vie quotidienne, la déchéance, l’agonie des plus démunis dans un ghetto juif de l’est roumain en 1942. Dans cette micro-société, tous les rôles se croisent, des plus crapuleux aux plus saints. Et nombre de situations atroces dont le personnage principal, Ranek, se tirera, il lui adviendra de les revivre …du mauvais côté du manche. Capable d’amour autant que d’horreur, il est la thèse même d’Hilsenrath : quoi que l’histoire leur ait fait, les Juifs sont des êtres humains comme les autres, capables de donner dans le même geste à la fois l’amour et la mort.

Ecrit entre 1945 et 1967 mais pratiquement publié 20 ans plus tard, il s’agit du premier roman de cet auteur juif allemand atypique, lui-même rescapé des ghettos et des exodes. Il compose une espèce de trilogie avec Fuck America et Le Nazi et le Barbier. Mais on n’y retrouve presque plus de cette ironie ébouriffante qui mettait plein de distance dans les deux autres romans, ce qui laisse un récit au ton bien différent, aussi glaçant que son titre.

Proposé par Thomas Lemaigre

Nuit
Edgar Hilsenrath
Traduit de l’allemand par Jörg Stickan et Sacha Zilberfarb
Éditions Attila

Une seconde vie

28/01/2012

Une seconde vie, Dermot BolgerDepuis que de bonnes soeurs charitables se sont chargées de confier son enfant à un couple adoptif, une femme ne cesse de le chercher.

Depuis qu’il a cessé de vivre quelques minutes à la suite d’un accident, sa vie lui paraît terne, étrangère. Lui aussi part à la recherche de sa mère. Un récit pudique et pourtant plein de force par un écrivain irlandais (oui, c’est souvent bien la littérature irlandaise).

Une seconde vie
Dermot Bolger
Traduit de l’anglais (Irlande) par Marie-Hélène Dumas
Joëlle Losfeld