Archive

Archives pour 09/2010

Cinematek

26/09/2010

La librairie propose désormais une sélection de DVD publiés par la Cinematek, parmi lesquels Congo belge, Mon Oncle (Jacques Tati), L’Oeuvre au Noir (André Delvaux)…

Livres d'occasion

26/09/2010

 

En l’occurrence, pas tout à fait une nouveauté puisque, depuis peu, on  trouve aussi des vieilleries aux yeux gourmands : dans un premier temps une sélection de polars d’occasion, bientôt suivie par quelques petites merveilles trouvées dans le grenier des éditions Jacques Antoine, Les Eperonniers.
Venez donc fouiner !

Beaucoup de grands noms pour cette rentrée romanesque :

26/09/2010

Houellebecq, Easton Ellis,Kingsolver, De Lillo, Gallay… Avec un bonheur variable, des surprises et des déceptions, mais il y en a pour tous les goûts, assurément…

Voici nos préférés (les présentations sont celles de l’éditeur) :

Malediction des colombesConsidérée comme l’une des grandes voix de la littérature américaine contemporaine, Louise Erdrich bâtit, livre après livre, une œuvre polyphonique à nulle autre pareille. Dans ce roman riche et dense, elle remonte le fil de l’histoire collective et individuelle, explore le poids de la culpabilité et le prix de l’innocence.Depuis toujours, la petite ville de Pluto, Dakota du Nord, vit sous « la malédiction des colombes » : les oiseaux dévorent ses maigres récoltes comme le passé dévore le présent. Nous sommes en 1966 et le souvenir de quatre innocents lynchés cinquante ans auparavant hante toujours les esprits. En écoutant les récits de son grand-père indien qui fut témoin du drame, Evelina, une adolescente pleine d’insouciance, prend conscience de la réalité et de l’injustice…

La Malédiction des colombes
Louise Erdrich
Traduit de l’américain par Isabelle Reinharez
Albin Michel

D’abord il y a un salon de coiffure. C’est de là que Vicente, le taciturne, observe. Il observe les ouvriers qui démontent les rails. Des rails qui ne conduiront plus à ce bourg perdu, loin de Buenos Aires. Des rails qui laisseront une balafre dans la terre comme dans les têtes. Ensuite il y a le Don Pedrín, ce bistrot où l’on commente. On commente le film projeté dans l’unique cinéma, et le passé… Pourquoi la Negra a-t-elle pris un jour le train pour Buenos Aires et n’est jamais revenue? Elle avait des jambes sublimes, la Negra Miranda, de quoi faire tourner la tête des jeunes hommes, de quoi rendre fou de jalousie un mari policier… À soi-même ou à d’autres, chacun dit ce qu’il sait, les souvenirs estompés, l’abandon, la vengeance. Et c’est seulement à la dernière ligne que tout prend sens.

Dernier train pour Buenos Aires
Hernán Ronsino
traduit de l’espagnol (Argentine) par Dominique Lepreux
Liana Levi

Une nuit de 1965, Jasper Jones, le paria de la petite ville minière de Corrigan, le gamin à moitié aborigène, frappe à la fenêtre de Charlie Bucktin, treize ans. Il n’a confiance en personne, il a besoin d’aide, aussi Charlie accepte-t-il de le suivre jusqu’à cette jolie clairière enfouie dans le bush où l’attend une terrible découverte. 
Cette nuit-là, Jasper Jones lui fait jurer de garder le silence. Mais ce secret bien trop lourd à porter pour des enfants n’est pas le seul qui lézarde la ville de Corrigan…

Le Secret de Jasper Jones
Craig Silver
Traduit de l’anglais (Australie) par Marie Boudewyn
Calmann-Lévy

Les animations à venir

26/09/2010

 Michèle Lesbre revient le 9 novembre, après la fausse alerte du mois de juin. Nous aurons le plaisir de rencontrer l’auteur de ‘Nina par hasard’, publié aux éditions Sabine Wespieser.
(Le 9 novembre à 18 heures)

Anne De Roo et Monique Dohy nous présenteront leur superbe petit livre
‘Amour, impossibles objets’ paru chez L’Esperluète. Ce sera aussi l’occasion de rencontrer l’éditrice, Anne Leloup.
(Le 25 novembre, à 19 heures)